Printed From:

A vos mouchoirs! Rhume? Etat grippal?

A vos mouchoirs ! Rhume ? Etat grippal ?

Le rhume (ou rhinopharyngite) et l’état grippal sont des infections d’origine virale touchant les voies respiratoires, avec des symptômes communs tels que le nez bouché ou qui coule et la toux.
Cependant, ces pathologies sont bien distinctes : elles sont dues à des virus différents, elles ont des symptômes spécifiques permettant de les différencier.

A. LE RHUME (RHINOPHARYNGITE)

Qu’est-ce que la rhinopharyngite ?

La rhinopharyngite, que l’on appelle couramment le rhume, est une inflammation de la muqueuse qui tapisse l’intérieur nez et de la gorge (pharynx) d’origine virale, causée par de nombreux types de virus (adénovirus, rhinovirus,..). Les signes habituels de la rhinopharyngite sont l’obstruction nasale, l’écoulement nasal (rhinorrhée), l’éternuement, la douleur au niveau de la gorge (pharynx) et la toux.

La rhinopharyngite est une affection bénigne, d’évolution spontanément favorable, mais elle est contagieuse. Elle est très fréquente, en particulier chez le petit enfant, qui présente en moyenne 6 rhinopharyngites par an.

Les symptômes de la rhinopharyngite

La rhinopharyngite débute généralement par un mal de gorge et éventuellement une fièvre modérée, qui vont continuer 1 à 3 jours. 1 à 2 jours après le début de ces premiers symptômes, le nez va se boucher et couler, avec un écoulement d’abord clair et très liquide puis il s’épaissit. Une toux peut également apparaître. Ces 3 derniers symptômes vont durer 7 à 10 jours.
La rhinopharyngite guérit spontanément en moins de 10 jours, mais des complications, généralement bactériennes, peuvent survenir, comme par exemple une otite, une sinusite, ou une conjonctivite purulente du nourrisson : une consultation médicale est alors nécessaire.

Des gestes simples pour limiter la transmission de la rhinopharyngite

  • Se couvrir la bouche lorsqu’on tousse ou éternue
  • Se moucher dans un mouchoir en papier que l’on jette dans la poubelle
  • Eviter le contact avec les personnes malades
  • Se laver régulièrement et correctement les mains
  • Aérer régulièrement les pièces (30 minutes à une heure par jour), maintenir la température entre 18°C et 20°C, humidifier l’air ambiant en cas d’atmosphère trop sèche, pour diminuer la concentration des germes

En cas de rhinopharyngite, quels traitements?

  • Les mesures non médicamenteuses

    • Manger des aliments riches en vitamine C, comme le kiwi, l’orange, le poivron : pour aider l’organisme à combattre l’infection
    • Boire beaucoup d’eau (1,5 litre/j), en privilégiant les boissons chaudes : pour se réhydrater et éliminer plus rapidement les germes
    • Ne pas s’exposer à la fumée de tabac

En cas de fièvre supérieure à 38,5°C chez l’enfant, les mesures suivantes peuvent être prises :

    • Découvrir l’enfant
    • Le faire boire
    • Ne pas le laisser dans un endroit trop chauffé
  • Les médicaments

    Le traitement antibiotique n’est pas justifié, ni chez l’adulte ni chez l’enfant. En effet, les antibiotiques ne permettent pas de soigner les infections d’origine virale. L’objectif du traitement est d’améliorer le confort : c’est un traitement dit « symptomatique ».

    En cas de fièvre supérieure à 38,5 °C mal tolérée, un traitement antipyrétique comme le paracétamol peut être administré. Attention, n’utilisez qu’un seul médicament pour faire baisser la fièvre. Le traitement de l’obstruction nasale et de l’écoulement est avant tout fondé sur le lavage des fosses nasales.

    Chez le nourrisson, le lavage des fosses nasales s’effectue de préférence avant les repas ou la tétée. Le bébé est mis sur le dos, la tête tournée sur le côté (jamais en arrière). La pulvérisation ou l’instillation se fait dans la narine la plus haute en faisant en sorte que le liquide ressorte par l’autre narine.

    Chez l’adulte et chez l’enfant qui peut se moucher, les pulvérisations doivent être suivies d’un mouchage.

Quand consulter votre médecin ?

  • Si votre enfant a moins de 3 mois et a de la fièvre
  • Apparition d’une fièvre supérieure ou égale à 38,5 °C ou qui dure plus de 3 jours
  • En cas d’apparition de tout autre symptôme que les symptômes classiques de la rhinopharyngite : par exemple douleur au niveau d’une oreille, conjonctivite purulente, gêne respiratoire, toux rauque, signes d’allergie, somnolence, maux de tête violents, vomissement
  • Si les symptômes de la rhinopharyngite durent plus de 10 jours.

B. L’ETAT GRIPPAL

Qu’est-ce qu’un état grippal ?

C’est un gros rhume avec des symptômes proches de ceux de la grippe mais non causés par le virus de la grippe.

L’état grippal (ou syndrome grippal) est une infection des voies respiratoires supérieures (nez et gorge) causée par les mêmes familles de virus que la rhinopharyngite. L’état grippal survient généralement en automne ou en hiver lorsque le temps est plus froid et plus humide.

L’état grippal est une infection très contagieuse qui se transmet facilement d’une personne à une autre par contact direct (poignée de main par exemple) ou par les particules de la toux et des éternuements.

Les symptômes de l’état grippal

L’état grippal se manifeste par des symptômes proches de ceux de la grippe, mais avec une intensité moindre : sensation de fatigue, frissons, maux de gorge, maux de tête, fièvre, toux sèche, et parfois légères courbatures.

Ces symptômes vont généralement durer 7 à 10 jours.

L’état grippal guérit spontanément en moins de 10 jours, mais des complications généralement bactériennes peuvent cependant survenir.

Les gestes pour limiter la transmission

Voir paragraphe « Le rhume »

Les traitements

Voir paragraphe « Le rhume »

Quand consulter votre médecin

Voir paragraphe « Le rhume »

Références

  1. Ameli-santé. Rhinopharyngite de l’enfant. http://www.ameli-sante.fr/rhinopharyngite-de-lenfant/definition-symptomes-evolution.html (consulté le 8 novembre 2015)
  2. Couloigner V et al. Rhinopharyngites de l’enfant. EMC-Oto-rhino-laryngologie 2004;1:93-112.
  3. http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Grippe/Grippe-generalites/Point-sur-les-connaissances (consulté le 9 novembre 2015)
  4. Hemila H et al. Vitamin C for preventing and treating the common cold. Cochrane Database of systematic reviews 2013:1